Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)

 ::  :: Flashbacks

Messages : 356
Points d'activité : 437
Présentation : www
Pronom désiré : Elle

Julie Beauchamp

Co-fondatrice Respo Contexte

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Journaliste

Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Francis Leclerc (flashback 2009)


Julie était de mauvaise humeur. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi, mais elle ressentait des sentiments partagés. Elle aurait dû être contente de revoir Francis, après ces quelques semaines de séparation. Et au fond c’était le cas. Elle était contente de le voir. Mais il y avait un mais. Elle avait encore en tête le beau garçon rencontré pendant ses vacances. Il n’y avait rien eu entre eux, bien sûr. Julie était avec Francis. Et elle l’aimait. Elle en était sure. Mais elle avait senti quelque chose avec Max. Un tiraillement. Une attirance mutuelle qui l’avait beaucoup perturbée.

Elle avait rempli des pages de carnets de scénarios fantasmés sur Max. Bien sûr elle était toujours attirée par Francis, mais Max avait le goût de l’inconnu, de la tentation. C’était le bordel dans sa tête. Elle ne savait pas trop quoi faire. Ce n’était pas la première fois qu’elle ressentait une attirance pour quelqu’un d’autre que son petit ami. Et elle en avait marre de se taire. Elle avait l’impression de le trahir par ce silence. Comme des demi-mensonges. Elle ne l’avait presque pas appelé pendant son séjour. Moins que d’habitude en tous cas, et leurs échanges avaient été un peu froids. Il devait se douter que quelque chose n’allait pas. Et la jeune fille espérait qu’il aborderait le sujet. Elle n’était pas sure d’avoir la force de le faire. Elle avait peur des conséquences. Peur de le perdre. Il lui manquait, et elle n’avait pas envie de le perdre. Vraiment pas.

Le paysage défilait par la fenêtre tandis qu’elle se perdait dans ses pensées. Son wagon était presque vide, et elle n’avait personne à côté d’elle. C’était parfait pour se torturer l’esprit sans distraction. Le trajet était long, et plus les km qui les séparaient se réduisaient, plus elle stressait. Lorsque le commandant de bord annonça son arrêt, elle soupira et pris ses affaires étalées sur le siège d’à côté pour se diriger vers les portes du train. Et si elle ne descendait pas ? Si elle restait dans le train ? L’idée était tentante, mais elle ne la mettrait sans doute pas en pratique. Il fallait qu’elle sorte tout ça de sa tête. Qu’elle lui en parle.

Le train ralentit et finit par s’arrêter, et Julie poussa la porte pour descendre sur le quai. Elle jeta un coup d’œil de chaque côté et le remarqua aussitôt. Elle aurait reconnu sa silhouette entre toutes. Il était venu l’accueillir sur le quai. Malgré ce qu’elle avait sur le cœur, elle ne put s’empêcher de ressentir de la reconnaissance pour lui. Il était adorable avec elle. Après déjà 4 ans ensemble, il restait là pour elle. Et elle, elle n’arrivait pas à n’avoir que lui dans sa vie, à se contenter de lui. Qu’est-ce qui n’allait pas chez elle. Pourquoi elle n’arrivait pas simplement à l’aimer lui. L’amour était censé rendre aveugle et pourtant son regard s’était posé tellement de fois sur d’autres garçons. Est-ce qu’elle l’aimait vraiment ? Le bond que son cœur avait fait quand elle l’avait vu sur le quai lui soufflait que oui. C’était sa tête qui lui disait que quelque chose n’allait pas.

Messages : 49
Points d'activité : 103
Présentation : Step out into the sun
Pronom désiré : Il

Francis Leclerc

Membre de l'année 2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Boulanger

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Julie Beauchamp (flashback 2009)


Francis faisait les quatre cent pas dans son appartement. Il n'avait pas mangé ce matin là, ni la veille au soir d'ailleurs, et encore moins le midi précédent. Il aurait dû être affamé après autant de temps sans ingurgiter quelque chose, mais l'anxiété lui nouait l'estomac. Et il savait parfaitement pourquoi.
Julie était partie depuis quelques semaines maintenant, et il n'avait reçu que peu d'appels de sa part, ce qui sonnait comme une sirène d'alarme. Il n'avait jamais douté des sentiments de Julie à son égard, pas une seule fois. En revanche, il doutait des siens. Ces dernières semaines, il était sorti, beaucoup, chez des amis comme dans des bars dans Paris. Il adorait le centre Pompidou. Moche, certes, mais c'était un lieu convivial et propice aux rencontres. Et des rencontres, il en avait fait pas mal. Il avait été dérangé par les multiples attirances et étincelles de désirs qui s'étaient allumées dans les yeux de ces charmantes jeunes femmes. S'il n'était plus capable de n'avoir du désir que pour sa compagne, comment pouvait-il être sûr qu'il aimait toujours autant Julie qu'au premier jour ?

Francis arriva quinze minutes avant l'entrée en gare du train de Julie. Il avait hâte de la retrouver et appréhendait le moment de lui dire ce qu'il avait sur le coeur une fois rentrés. Parce que Francis est une personne honnête, il n'hésiterait pas une seule seconde à mettre cartes sur table, restait à savoir quels mots il allait bien pouvoir employer... Franchise était de mise, mais il fallait y mettre les formes. Ses pensées se stoppèrent nette lorsque l'annonce de la SNCF se fit entendre.

Il se dirigea sur le quai, se plaçant pile à la sortie du wagon de sa compagne et attendit que les portes s'ouvrent. Il eut un sourire en coin charmeur lorsqu'il la vit apparaître dans l'encadrement de la porte. Alors il lui prit la main, attrapant sa valise de son autre main, et l'entraîna vers un coin plus tranquille de la gare. Francis avait horreur de la foule.
Puis il lui caressa la joue d'un geste tendre avant de la serrer dans ses bras, la tête enfouie dans son cou avant de l'embrasser fougueusement. Toute notion de stress avait disparue, il était avec elle maintenant.

Dans la voiture pour le voyage du retour, ils ne parlèrent que peu, de banalité sur les activités qu'ils avaient faites tous les deux, du beau temps et de la grisaille parisienne. Une fois arrivé à l'appartement, le visage de Francis se fit plus grave et plus soucieux. Quelque chose n'allait pas chez elle non plus.

"Julie... Julie, regarde moi et dit moi ce qu'il y a".

Un silence de plomb pesait sur les deux jeunes gens.

"Je crois que j'ai besoin de te dire certaines choses aussi.
Je vais être direct, j'ai failli déraper en ton absence. J'ai de plus en plus de crush sur d'autres personnes. Je ne crois pas que ça ait quoique que ce soit à avoir avec toi, je t'aime, j'en suis certain. Mais..."

La voix de Francis se brisa lorsqu'il leva les yeux vers elle.

"Je crois que j'ai besoin de plus."

Messages : 356
Points d'activité : 437
Présentation : www
Pronom désiré : Elle

Julie Beauchamp

Co-fondatrice Respo Contexte

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Journaliste

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Francis Leclerc (flashback 2009)


Il l’attendait sur le quai, comme d’habitude. Comme à chaque fois qu’elle partait quelque part, et qu’ils étaient séparés, il était là pour l’accueillir. Elle sourit spontanément en voyant son visage. Il lui avait manqué. Elle avait beaucoup pensé à lui pendant son séjour. Avec une pointe de culpabilité, certes, mais aussi simplement parce qu’il lui manquait. Durant le trajet c’était Max qui avait occupé ses pensées, mais ce sourire que Francis lui adressa occupa rapidement toute son attention, chassant de son esprit sa frustration d’avoir dû repousser Max alors qu’elle était attirée par lui. Il lui avait manqué, ce sourire. Elle le laissa la prendre par la main et attraper sa valise, et le suivit à travers la foule. Les yeux fixés sur son dos, elle réfléchissait. A ce qu’elle avait à lui dire.

Alors qu’il se tournait vers elle, Julie se força à oublier quelques instants ses problèmes. Profiter de l’instant, profiter de lui. Elle blottit son visage contre sa main tandis qu’il lui caressait la joue, et se noya dans le réconfort de ses bras, le serrant elle aussi par-dessous les siens, dans le bas de son dos. Le souffle de son amoureux dans son cou fit battre son cœur et elle embrassa ses lèvres avec passion. Ces lèvres qu’elle connaissait si bien. Alors que leurs lèvres se quittaient à regrets, elle lui murmura à l’oreille.

« Tu m’as manqué… »

Le trajet en voiture fut rapide. Julie se focalisa sur ce qu’elle pouvait raconter sans pincement au cœur. Elle mentionna bien sûr les rencontres qu’elle avait faites, mais ne s’attarda pas sur Max et sur les nuits qu’ils avaient passées à refaire le monde l’un dans les bras de l’autre. Sans jamais franchir la frontière à ne pas dépasser, ils avaient joué avec. Elle allait devoir aborder le sujet, mais elle ne voulait pas le faire si vite. Alors qu’ils étaient encore en train de se retrouver. A la recherche de contact, elle posa sa main sur sa cuisse. Leur conversation semblait presque normale, mais elle manquait du naturel habituel. Une fois la porte de l’immeuble passée, un silence s’installa, qu’aucun des deux ne brisa jusqu’à ce qu’ils soient dans l’appartement.

Finalement c’est lui qui le brisa. Evidemment il savait que quelque chose n’allait. Il l’avait senti. Un nœud de stress se forma aussitôt dans la gorge de Julie. Elle le regardait, mais n’arrivait pas à formuler les mots, à lui expliquer. Elle avait tellement peur qu’il le prenne mal. Qu’il ne comprenne pas. Plus elle pensait à l’éventail des possibles qui suivrait cette conversation, plus elle avait peur. Elle détourna le regard, fuyant ses yeux intenses qui l’intimidait. Elle fixa finalement le coin du bureau, se donna une contenance, et brisa le silence pesant qui s’était installé.

« Je… Il y a des choses dont il faut qu’on parle »

Sa voix était légèrement tremblante, et elle comprit qu’elle était à deux doigts de pleurer. Il fallait qu’elle poursuive, qu’elle lui explique. Elle ne pouvait pas le laisser s’imaginer mille choses. Elle essaya de ravaler la boule qui bloquait sa gorge et poursuivit.

« Je… Tu sais que je t’aime, Francis. Vraiment. C’est juste que… »

De nouveau, un silence s’installa. Court. Il fallait qu’elle lui explique ce qu’il s’était passé. Mais elle ne savait pas comment.

« Je ne sais pas du tout comment t’en parler. »

Julie soupira, et releva la tête pour le regarder. Il semblait aussi mal à l’aise qu’elle. Mais avant qu’elle ne rouvre la bouche pour essayer de lui expliquer, il prit la parole. Julie eut l’impression qu’un poids énorme s’envolait soudainement. Elle lui sourit un peu, et attrapa son visage entre ses mains avant de l’embrasser. Une larme coula sur sa joue, témoin du stress qu’elle avait ressenti et qui l’avait presque paralysée.

« Francis… »


Elle prononçait son prénom comme une prière. Comme un remerciement de ce cadeau du ciel qu’il était pour elle. Même dans cette situation, il arrivait à dire exactement ce qu’elle avait besoin d’entendre pour affronter ce qu’elle avait à lui dire.

« Si tu savais comme je t’aime... »

Les mots se mêlaient à ses baisers empressés. Mais il fallait qu’elle parle, qu’elle lui réponde. Et qu’elle lui explique sa situation à elle.

« Moi aussi j’ai failli déraper Francis. »

Elle ajouta, un peu hésitante tout de même.

« Je n’ai rien fait, tu sais. Mais j’en avais vraiment envie. J’avais tellement peur que tu ne comprennes pas. Mais alors toi aussi tu… tu as envie d’être avec d’autres personnes parfois ? »

Messages : 49
Points d'activité : 103
Présentation : Step out into the sun
Pronom désiré : Il

Francis Leclerc

Membre de l'année 2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Boulanger

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)




Remise en question


Ft. Julie Beauchamp (flashback 2009)


À peine avait-il finit sa phrase que Julie avait saisi le visage de Francis entre ses mains avant de l'embrasser avec passion. Le soulagement de Francis était palpable, il saisit sa compagne par la taille afin de lui rendre son baiser avant d'essuyer la larme qui roulait sur sa joue.

Ainsi, elle avait le même ressenti que lui. Non pas un besoin d'un autre, mais un désir de sentir la proximité de quelqu'un avec qui il y a une connexion, sa chaleur, l'étincelle de passion et le désir de le connaître, d'apprendre à l'aimer, tout simplement.

"Je n’ai rien fait, tu sais. Mais j’en avais vraiment envie. J’avais tellement peur que tu ne comprennes pas. Mais alors toi aussi tu… tu as envie d’être avec d’autres personnes parfois ?"

Francis s'éloigna de quelques pas en se caressant le menton. Malgré leur désir commun, il fallait peser ses mots, choisir la bonne tournure de phrase afin d'être certain de ne pas la blesser d'une quelconque manière.

"Disons que..."

Il s'assit au bord du canapé et attira Julie sur ses genoux, passant un bras dans son dos, l'autre autour de sa taille et l'embrassa tendrement sur le coin des lèvres.

"Tu fais de moi un homme heureux, vraiment, n'en doutes jamais. Mais je n'ai plus ce besoin d'être rassuré par la monogamie pour savoir que tu m'aimes et je sais que ça ne changera pas, même si tu fréquentes d'autres personnes. Je me suis aperçu que ça ne me gênait plus, que je n'étais plus jaloux. Et je me suis rendu compte aussi que je n'avais plus envie de m'imposer de limites. Je ne veux plus de ce stress en soirée où je dois rembarrer une fille plaisante qui a de la conversation et un sex-appeal débordant parce que je suis en couple. J'ai envie de profiter de chaque occasion qui m'est donnée, je ne sais pas si ça te paraît clair..."

Le regard de Francis se fit lointain l'espace d'un instant. Il espérait de tout son coeur ne pas avoir été trop brutal, où franc du collier comme dirait son père.
Puis il reporta son attention sur Julie et il sourit. Elle était magnifique, et il n'y avait aucun doute pour lui, elle serait là quoi qu'il arrive.

"Je t'aime depuis si longtemps... Je me souviens encore de la première fois où nos regards se sont croisés, de notre premier baiser, de notre première fois, de toi bourrée qui a failli tomber dans les escaliers et que t'es rattrapée à moi chez Valentin pour fêter mes dix-sept ans... C'est comme ça que j'ai compris qu'on se plaisait d'ailleurs.", ajouta-t-il en riant."Je ne veux pas avoir à te mentir, sur ce que je fais ou ressens. Cet été a été suffisamment difficile à gérer pour ça."

Francis prit le temps de caresser le dos de Julie du bout des doigts sous son vêtement. Le simple contact de sa peau l'électrifiait.

"Plus le temps passe et plus je suis certain que tu es la femme de ma vie. Que tu fréquentes d'autres personnes, que tu couches avec, que tu les aimes n'y changera rien. Je le comprends et je l'accepte. Alors fonce. N'hésite plus, ne te retiens plus, pas pour moi. Je ne veux que ton bonheur, notre bonheur, et si on doit en passer par là alors on le fera."

Francis lui sourit une fois de plus avant de l'attirer contre lui, sa tête posée sur la poitrine de Julie. Leurs habitudes allaient changer, et d'un coup, son sourire s'affaissa. Il prit conscience que sa routine, leur routine allaient changer. Il n'était pas franchement un adepte du "vivre au jour le jour". Non, Francis avait sa routine et cela lui plaisait. Alors rentrer chez lui dans l'espoir de voir sa compagne et partager son temps avec elle avant de comprendre qu'elle était avec un autre... Ce serait déroutant. En théorie ça marchait parfaitement. En pratique par contre, cela risquait d'être plus complexe que ce qu'il n'avait pensé au départ.
Pour autant, il n'en dit rien. Il savait qu'elle finirait toujours par le retrouver. A cette pensée, il sourit à nouveau  et se redressa, passant une main derrière la nuque de Julie pour l'embrasser encore une fois.

Messages : 356
Points d'activité : 437
Présentation : www
Pronom désiré : Elle

Julie Beauchamp

Co-fondatrice Respo Contexte

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Journaliste

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Francis Leclerc (flashback 2009)


La conversation que Julie avait tant redoutée prenait une tournure particulièrement inattendue. Francis avait parlé avant elle, et ce qu’il lui avait dit sonnait étrangement comme un reflet de ce qu’elle voulait lui dire. Il avait failli déraper. Comme elle. Il était attiré par d’autres personnes qu’elle, mais il l’aimait toujours. Comme elle. Ils étaient très différents tous les deux mais leur couple les rapprochait et ils se ressemblaient sur beaucoup de choses. Elle était en train de découvrir qu’ils se ressemblaient peut-être sur un point qu’elle n’avait pas soupçonné.

La culpabilité qu’elle ressentait jusqu’alors s’estompa en réalisant qu’il ressentait la même chose. Cependant une pointe d’inquiétude vint la déstabiliser. De qui parlait-il exactement ? Avec qui avait-il failli déraper ? Son cerveau commença à refaire la liste des soirées où il avait été, à réécouter les conversations qu’ils avaient eues. Qui était présente ? Est-ce qu’elle était mieux qu’elle ? Elle ne se pensait pas jalouse, mais elle sentait poindre en elle des questionnements qu’elle rejetait. Non. Elle lui faisait confiance. Et puis elle aussi, elle avait ressenti la même chose, et elle savait pourtant qu’elle l’aimait. La jeune femme se concentra sur le bras de Francis qui effleurait son dos, et essaya d’ignorer la petite voix dans sa tête qui semait le doute dans la confiance qu’elle avait en leur amour.

« Je ne sais pas si c’est clair, mais je comprends. Moi aussi j’ai dû dire non, alors que je n’en avais pas envie au fond de moi. Je le faisais pour toi, parce que je pensais que c’était comme ça que je devais réagir. »

Des silences s’installaient entre chacune de leurs phrases. Mais ces silences n’avaient plus rien à voir avec le silence glacial qui les avait séparés un peu plus tôt. C’étaient des silences où chacun réfléchissait, pensait à l’autre, et à ce qu’il ou elle devait dire pour se faire comprendre sans blesser l’autre. Julie écoutait les souvenirs qu’il lui remettait en mémoire, un sourire aux lèvres.

« Tu es obligé de me rappeler ce genre de moments embarrassants ? » le gronda-t-elle en riant avant de l’embrasser sur le front.

Ils avaient vécu tellement de choses ensemble. C’était impossible pour elle de penser qu’ils se sépareraient un jour. Et elle refusait de s’y risquer pour un beau garçon rencontré en vacances avec qui elle passait un bon moment. Mais est-ce qu’il était vraiment possible qu’ils puissent vivre chacun leurs désirs, l’un sans l’autre, sans que ça ne les sépare ? Elle avait du mal à y croire.

« Moi non plus je ne veux pas avoir à te mentir. Je déteste ça. Si tu savais comme je me sentais mal cet été. Je n’ai rien fait de mal pourtant. On a juste beaucoup parlé, et on s’est fait des câlins. Mais rien de plus intime que ce que je peux faire avec mes amies. Mais je me mentais à moi-même quand je me disais que ce n’était rien de plus qu’un ami. J’avais envie de plus avec lui. Et je n’osais pas t’en parler. »

La main de Francis continuait à caresser son dos, sous son T-shirt. Ses caresses légères lui donnaient envie de plus. Elle avait envie qu’il l’attire contre lui. Envie de retrouver ses bras protecteurs. Elle était tellement soulagée par sa réaction. Il ne lui en voulait pas. Elle s’était inquiétée pour rien.

« Moi aussi je veux ton bonheur Francis. Je t’aime. Tellement… »

La main de Julie se perdit dans la chevelure de Francis, tout contre son cœur, qui battait la chamade. La proximité physique après leur longue séparation lui faisait de l’effet. Lorsqu’il se dégagea et leva la tête vers elle pour l’embrasser, elle ne se fit pas prier et répondit à son baiser, caressant sa joue, et perdant sa main à l’arrière de sa nuque, dans la naissance de ses cheveux. Lorsque leurs bouches se séparèrent, elle vint embrasser le creux de son cou, juste sous son oreille, et vint lui chuchoter.

« Je crois que moi aussi j’ai envie de plus, mais là ce n’est pas avec un autre. »

Elle se recula légèrement pour le regarder dans les yeux, avant de l’embrasser de nouveau avec passion. Ils avaient encore bien des choses à régler et beaucoup de discussions à avoir pour définir les règles de leur nouvelle relation, mais ça attendrait. Pour le moment, elle avait juste envie de redécouvrir ce corps qui lui avait manqué.

Messages : 49
Points d'activité : 103
Présentation : Step out into the sun
Pronom désiré : Il

Francis Leclerc

Membre de l'année 2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Boulanger

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)






Remise en question


Ft. Julie Beauchamp (flashback 2009)


 
Francis sentait la main de Julie glisser entre ses cheveux. Il sentait ses lèvres se coller aux siennes, sa main sur sa joue et l'autre derrière sa nuque. Elle l'embrassa dans le cou, prit le temps de lui susurrer à l'oreille :

"Je crois que moi aussi j’ai envie de plus, mais là ce n’est pas avec un autre."

Il rit avec une malice pétillante dans les yeux, sentit sa main à lui s'enrouler dans les cheveux de sa compagne, la tirer doucement en arrière, juste le temps de la regarder droit dans les yeux puis, passant son bras gauche autour de la taille de Julie, il la souleva légèrement, juste le temps de l'attirer à califourchon sur lui. Il desserra sa prise sur les cheveux de la jeune femme, se laissant à nouveau embrasser et gagner par l'ivresse du moment. Elle lui avait tant manqué, il n'avait plus qu'une envie, celle de ne faire qu'un avec elle après ces quelques longues semaines. 

La fièvre montait et bientôt le jeune homme fut torse nu, sa peau brûlante contre celle de Julie. Leurs baisers se firent plus intenses, et d'un geste rapide, Francis avait enroulé les jambes de Julie autour de sa taille, s'était mis debout et l'avait plaquée contre le mur, l'embrassant dans le cou, le souffle déjà court.

Profiter de l'instant présent, ne penser à rien d'autre qu'elle, ses courbes magnifiques, son visage rieur et les battements de son cœur tout contre lui. Il avait toujours ses cheveux en main, son autre main se baladant sur la cambrure de son dos. Il était ivre et sourd au bruit de ses pensées parasites, à cet instant il n'était plus concentré que sur les battements de son cœur et son souffle irrégulier.
Il embrassa à nouveau fougueusement Julie et lui demanda d'un ton rieur :

"Aurais-je l'audace d'aller plus loin avec vous, ma chère et tendre 
?"


Le corps de Julie se tordait contre Francis qui l'embrassait juste avant de lui mordiller la lèvre, ses doigts agiles prêts à dégrafer son soutien-gorge tandis que de l'autre bras, il la maintenait contre lui. Puis il lui retira le morceau de tissu qui restait barrière entre eux. 
Il se sentit soudain se lever en la serrant dans ses bras, ses jambes enroulées autour de sa taille. L'excitation gagnait du terrain et il la plaqua contre le mur avant de se diriger lentement vers la chambre en l'embrassant. 

Messages : 356
Points d'activité : 437
Présentation : www
Pronom désiré : Elle

Julie Beauchamp

Co-fondatrice Respo Contexte

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Journaliste

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Francis Leclerc (flashback 2009)


Le trop plein d’émotions la submergeait. Ils remettaient en question des choses qui pourtant avaient toujours semblé immuables. Ils étaient un couple. Un couple c’était fidèle. Ca n’allait pas voir ailleurs. Sinon c’est qu’ils ne s’aimaient plus, qu’il y avait un problème. Pourtant eux n’en avaient pas de problème. Quand ils étaient ensemble, leur relation était idyllique. Le couple parfait de leur cercle d’amis, que tout le monde enviait. Et ils se manquaient quand ils étaient loin l’un de l’autre. Mais il y avait ces tentations, qui les taraudaient l’un et l’autre, et à laquelle ils venaient de décider d’arrêter de résister.

Après le stress qu’elle avait ressenti à l’idée de devoir lui expliquer ce qu’il s’était passé pendant ses vacances, le soulagement de s’apercevoir qu’il ressentait la même chose et qu’il ne lui en voulait pas était intense. Elle ne méritait pas Francis. Il était trop compréhensif, trop parfaitement complémentaire. Elle ne le méritait pas, mais elle était heureuse qu’ils se soient trouvés, et elle espérait qu’ils ne se perdraient pas. Là, maintenant, Julie avait envie de sentir cette connexion qu’ils partageaient. Elle voulait sentir son corps contre elle. Elle avait envie de lui, simplement.

Avec sa spontanéité habituelle, elle l’en informa, chuchotant contre son oreille son envie de lui. Elle savait que ce genre de déclarations suffisait souvent à provoquer chez lui les mêmes envies. Il ne se fit pas attendre et l’attira sur lui, la dévorant des yeux. Elle sentait la chaleur de son corps contre le sien. Sa main quitta sa chevelure pour s’aventurer sur son torse. Elle passa sous son T-shirt, peau contre peau. Le tissu, ajusté, la gênait pour explorer son torse. Julie le fit passer par-dessus sa tête pour laisser le champ libre à ses mains. Le tissu ample du haut de Julie faisait que leurs peaux se touchaient lorsqu’elle se collait à lui, excitant leur désir. Elle lâcha un petit cri de surprise lorsque Francis se leva du canapé, l’emportant avec elle. Ses bras s’enroulèrent autour de ses épaules, ses ongles s’enfonçant légèrement dans sa peau nue pour se maintenir en place. Elle sentait entre ses cuisses la preuve que le désir de Francis s’accordait au sien. Elle n’était pas dupe de sa question faussement hésitante. Il mourrait d’envie de s’unir, autant qu’elle.

« J’aimerai bien vous voir me résister, mon cher Francis. »

Elle lâcha sa prise sur ses épaules, le mur contre ses fesses la soutenant suffisamment pour qu’elle puisse bouger sans risquer de chuter, et retira son haut en le regardant droit dans les yeux, se retrouvant en soutien-gorge, sa poitrine peu généreuse mais bien formée à quelques centimètres à peine du visage de Francis. Elle lança son haut sans même regarder où il atterrissait. Elle dévorait Francis des yeux, se penchant à nouveau vers lui pour l’embrasser, l’empêchant de répondre. Elle sentit sa main chercher dans son dos l’agrafe de son sous-vêtement qu’il trouva rapidement. Le dernier rempart à leur contact tomba, et elle sentit son torse contre sa poitrine libérée de son carcan de tissu. Elle sentait contre son entre-jambe le désir de Francis qui prenait du terrain. Son souffle chaud la faisait frissonner en effleurant sa peau, et elle sentait son propre cœur s’emballer tandis qu’il la transportait dans la chambre.





Elle se pencha sur lui pour enfouir son visage dans son cou tandis qu’il reprenait son souffle et calmait son cœur, lui murmura un « je t’aime » et s’allongea à ses côté sur le lit, le bras en travers du torse. Elle resta ainsi, à contempler son visage et à caresser sa barbe de quelques jours du bout des doigts, jusqu’à ce qu’il bouge. Elle aurait pu rester toute la journée ainsi.

Messages : 49
Points d'activité : 103
Présentation : Step out into the sun
Pronom désiré : Il

Francis Leclerc

Membre de l'année 2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Boulanger

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Julie Beauchamp (flashback 2009)







Le souffle court, il se laissa choir sur le lit, Julie avait la tête enfouie dans son cou et lui murmura les deux mots qui avaient le don de le rendre heureux à n’importe quel moment de sa vie. Elle se glissa à ses côtés, effleurant son visage du bout des doigts. Francis sourit, désormais pleinement satisfait.

« Moi aussi je t’aime. »

Il fit courir sa main sur la hanche de Julie, dardant son regard brûlant dans le sien, remontant jusque dans le haut de son dos puis l'attira contre lui une énième fois. Sa chaleur était familière, rassurante. Il caressait sa peau doucement puis, au bout de quelques minutes, recula juste assez pour pouvoir la regarder dans les yeux :

«Donc... On est d'accord ? On peut faire ce qu'on veut, avec qui on veut, quand on veut, du moment qu'on se protège ?»

La voix de Francis était hésitante, un peu comme celle d'un enfant qui doit réciter sa leçon au tableau pour la première fois. Il ne savait pas s'il devait rajouter le fameux "du moment qu'on se tient au courant". A vrai dire, il n'était pas certain de vouloir savoir ce que Julie faisait de son côté, tout comme il n'était pas certain de vouloir que Julie soit au courant de tout non plus. Il estimait qu'ils avaient chacun droit à leur jardin secret, même si, et il en avait conscience, la curiosité le dévorerait.

Mais comment se faire confiance si l'on ne pouvait pas se dire la vérité en face sans craindre la réaction de l'autre ? Il chercha ses mots puis formula maladroitement :

«Je ne sais pas vraiment s'il est bon pour nous de tout se dire par rapport à ça. Je veux dire, je ne suis pas jaloux, mais est-ce que pour autant j'ai envie ou besoin de savoir exactement ce qu'il s'est passé entre toi et telle ou telle personne... ? »

Il baissa les yeux. Il ne savait pas, ce serait à elle d'en décider. Francis se dégagea des draps et fila sous la douche, réfléchissant activement à cette situation des plus inhabituelles. L’eau chaude le détendit un peu, effaçant une partie de toute cette tension qu’il avait accumulée depuis des semaines. Le soulagement était palpable, Julie avait réagit de la meilleure manière qui soit et elle ne semblait pas avoir l’intention de le restreindre, au contraire.
Il attrapa le shampoing en entreprit de se laver les cheveux avec hargne. Quelque chose clochait, mais il ne savait pas quoi. Rien à voir avec Julie, il le sentait. Etait-ce lui qui déraillait complètement ? Cette histoire de transparence l’un envers l’autre le laissait démuni.

Lorsque Francis sortit de la douche, il sentit son niveau de stress remonter, et après s’être séché, il ouvrit la porte et rejoignit la chambre. Julie était toujours dans le lit. Il vint s’asseoir à ses côtés, l’embrassa sur le front et lui demanda :


« Tu as pu y réfléchir un peu ?»


Messages : 356
Points d'activité : 437
Présentation : www
Pronom désiré : Elle

Julie Beauchamp

Co-fondatrice Respo Contexte

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Journaliste

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Francis Leclerc (flashback 2009)


La séparation était toujours un peu difficile, mais les retrouvailles valaient le coup. Malgré leur discussion qui remettait en question beaucoup de choses, ces retrouvailles ne firent pas exception à la règle. Le soulagement qu’il n’ait pas mal pris ce qu’elle avait à lui dire avait exacerbé son envie d’unir leurs corps. Maintenant que c’était chose faite, Julie se sentait apaisée. Rien n’avait changé. Ils étaient toujours bien l’un avec l’autre. Ils s’aimaient. Elle savoura l’instant lorsqu’il l’attira contre lui pour l’embrasser, et retomba d’un coup à la réalité lorsqu’il lui posa une question, remettant sur le tapis leur discussion précédente.

« Euh… Je… Oui bien sûr, on se protège. Hors de question que l’un de nous n’attrape quelque chose à cause de l’autre. Après, pour le reste, je ne sais pas. Il va falloir qu’on en re-discute je pense. Qu’on y aille doucement, et qu’on fasse attention l’un à l’autre. »

C’était un peu stupide de dire ça. Bien sûr qu’ils allaient faire attention l’un à l’autre. Ils s’étaient toujours soutenus, ils avaient toujours été attentifs à ne pas se faire du mal. Mais la jeune femme, adulte depuis si peu de temps encore, avait peur. Peur de cet inconnu qui s’ouvrait devant eux. Peur de faire une bêtise. De signer la fin de leur couple en croyant bien faire. Peur de ce que les gens autour d’eux penseraient. Et peur aussi, au fond, qu’il trouve quelqu’un de mieux qu’elle. Qu’il la quitte pour une autre, et qu’elle se retrouve seule. Après tout, Francis était vraiment séduisant. Il avait de quoi plaire. Que ferait-elle si quelqu’un essayait de le lui voler ? Elle essayait de mettre de l’ordre dans ses pensées. De faire taire ces petites voix poussées par la peur qui lui criaient qu’elle se mettait en danger. Se concentrer sur le positif. Ils avaient tous les deux envie de vivre des aventures avec d’autres. Pourquoi tous les deux se priver et s’obliger à supporter toute cette frustration ? Est-ce qu’ils ne seraient pas plus heureux en étant honnête l’un envers l’autre, et honnête avec eux-mêmes ? Francis avait l’air de réfléchir lui aussi. Il relança la conversation, réfléchissant à voix haute. Est-ce qu’il fallait tout se dire ou pas. Pas facile de répondre sans y être confronté.

« Je n’en sais rien… » finit par répondre Julie. Un silence s’installa tandis qu’elle y réfléchissait. Elle n’avait pas envie forcément de tout savoir. Mais il lui semblait inconcevable de lui mentir. Ou qu’il lui mente. Si ils commençaient à se mentir, elle n’aurait plus confiance. Alors comment faire. Si il lui demandait ce qu’elle avait fait pendant le week-end, et qu’elle avait passé le week-end avec un homme qui lui plaisait et avec qui elle avait couché. Elle répondrait quoi ? Oh pas grand-chose, j’ai fait connaissance avec untel, il est cool ? Finalement, Francis se leva pour aller prendre une douche. Julie, elle, resta sur le lit, réfléchissant. Les minutes s’égrenèrent sans qu’elle n’arrive vraiment à construire une réponse. Elle ne voulait pas lui mentir. Elle ne voulait pas lui cacher des choses. Mais est-ce que c’était pour autant une bonne chose de tout se dire ? De se raconter des détails ? Est-ce qu’elle serait capable d’entendre Francis lui expliquer qu’il avait fait telle ou telle chose avec une autre femme ? Est-ce que ce serait pire de savoir ? Ou pire d’imaginer ? Elle n’en avait aucune idée. Lorsqu’il revint, elle en était à peu près au même point dans sa réflexion.

« J’y ai réfléchis, ouais… » Elle lui sourit un peu avant d’ajouter. « Ca veut pas dire que je sais quoi te répondre, mais j’y ai réfléchi. » Julie marqua une pause avant de poursuivre, le temps de mettre un peu d’ordre dans ce qu’elle avait envie de lui dire. « Je ne sais pas comment je vais réagir si tu me racontes les détails de ce que tu fais avec d’autres… Et je ne sais pas comment tu vas réagir non plus… Je ne veux pas te faire du mal… Mais je ne veux pas avoir à te mentir. Je crois qu’il faudra qu’on improvise. Selon le moment. Qu’on n’en raconte pas trop d’un coup, mais que si l’un de nous a besoin de savoir un truc, on ne se mente pas. » Julie hésita encore un peu, les yeux fixés sur un point dans la chambre. « Je veux pouvoir te faire confiance sans me poser des questions sur ce que tu ne me dis pas. Je ne sais pas si c’est possible. »

Formaliser les choses lui faisait peur. Ca semblait insurmontable. Se faire confiance sans se fliquer. Accepter que l’autre ait une vie dans laquelle on n’était pas le centre. Ca risquait d’être très compliqué. Mais elle avait malgré tout envie d’essayer. Ca valait le coup d’essayer. Ce serait stupide de rester l’un et l’autre dans leur frustration juste parce qu’ils avaient peur de tenter autre chose.

Messages : 49
Points d'activité : 103
Présentation : Step out into the sun
Pronom désiré : Il

Francis Leclerc

Membre de l'année 2018

Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Feuille perso
Pays d'habitation: France
Profession: Boulanger

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question


Ft. Julie Beauchamp (flashback 2009)



Lorsque Francis se glissa aux côtés de Julie, celle-ci lui confirma ce qu’il savait déjà. Il n’y avait pas de réponse fixe. Ils ne souhaitaient ni l’un ni l’autre se faire le moindre mal, mais ne savaient pas comment s’y prendre pour être honnête l’un envers l’autre.

« J’y ai réfléchis, ouais… Ca veut pas dire que je sais quoi te répondre, mais j’y ai réfléchi. Je ne sais pas comment je vais réagir si tu me racontes les détails de ce que tu fais avec d’autres… Et je ne sais pas comment tu vas réagir non plus… Je ne veux pas te faire du mal… Mais je ne veux pas avoir à te mentir. Je crois qu’il faudra qu’on improvise. Selon le moment. Qu’on n’en raconte pas trop d’un coup, mais que si l’un de nous a besoin de savoir un truc, on ne se mente pas. Je veux pouvoir te faire confiance sans me poser des questions sur ce que tu ne me dis pas. Je ne sais pas si c’est possible. »

Il voulait pouvoir rire avec elle de ses pires expériences, des anecdotes qu’elle pourrait avoir, il voulait pouvoir être ravi pour elle si elle se faisait plaisir quand bon lui semblait, mais une partie de lui, pas tout à fait encore déconstruite à ce sujet, lui faisait bien savoir qu’il ne pourrait s’empêcher de ressentir une pointe de… Il ne savait même pas quoi, car il ne s’agirait pas de jalousie, ni même de rancœur, pas de tristesse, non, rien de tout ça. C’était un sentiment difficilement descriptible à ses yeux car il ne ressemblait à rien de ce qu’il n’avait connu jusque là.

Bien sûr, il faisait confiance à Julie, et il savait qu’elle lui faisait confiance aussi, mais ne pas tout savoir le mettait pour l’instant mal à l’aise, tout en sachant qu’il le serait tout autant si elle s’avisait de lui raconter en détail ses aventures ou ses histoires de cœur. Quelque part au fond, Francis savait qu’il refuserait tout net de laisser un autre prendre une place aussi importante que lui, et il en avait peur. Il mesura ses mots avant de formuler ce qui le préoccupait :

« Je pense que ça l’est. Possible, je veux dire. Au bout d’un moment, après quelques erreurs sûrement, on saura ce qui est à dire et ne pas dire. On se blessera forcément au moins une fois ou deux, c’est pas grave tant qu’on sait se remettre en question. Non, moi ce qui m’inquiète, c’est surtout… C’est stupide, mais je n’ai pas envie que quelqu’un d’autre prenne autant d’importance que moi dans ta vie. Vraiment, c’est bête parce que c’est l’opposé de ce qu’on désire justement, j’imagine que c’est temporaire, le temps de s’y faire… Mais je ne peux pas m’empêcher de le ressentir. Pour l’instant. »

Il posa son regard sur Julie avant de s’allonger à ses côtés, la tête enfouie dans son cou, effleurant sa peau du bout des doigts. Soulagé d’avoir pu s’exprimer correctement, il se mit à sourire et appuya un peu plus sa main contre la hanche de sa compagne. Sa voix lorsqu’elle lui disait qu’elle l’aimait, raisonnait comme un écho. Francis se sentait mieux maintenant qu’il savait que ses inquiétudes n’étaient pas infondées et même partagées.

Il releva la tête et lui caressa la joue avant de l’embrasser encore une fois, lui murmurant un je t'aime à l'oreille, tenté par l'idée de s'unir à elle encore une fois, mais il ferma les yeux et se laissa tomber dans le sommeil. Ils auraient bien le temps pour ça plus tard.

Contenu sponsorisé

Re: Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)



Remise en question - Ft Francis (Flashback 2009)

 ::  :: Flashbacks

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum