bouton afficher/masquer

[Elio] - Say something I'm giving up on you

 ::  :: Amérique

Messages : 308
Points d'activité : 431
Présentation : Coucou
Pronom désiré : Il

James Gramsburry

Membre en or qui nous manque fort

James Gramsburry


Feuille perso
Pays d'habitation: Etats-Unis
Profession: Cosplayer

[Elio] - Say something I'm giving up on you


James était assise sur le lit de son appartement à San Diego. Elle n’avait pas beaucoup dormi cette nuit, mais elle dormait rarement beaucoup de toutes manières. Elle venait de rentrer d’un nouveau festival, et ressentait encore l’excitation qui y était liée. Quelques minutes plus tôt, après avoir pris une longue douche et s’être mise dans un de ses nombreux débardeurs amples et pantalons de survêtement, elle avait mis en ligne quelques photos qui avaient été prises les jours passés. Déjà, ses notifications s’affolaient, les likes et les commentaires affluaient. Ses pages Twitter, Facebook et Instagram étaient toutes prises d’assaut par ceux qui suivaient avec entrain l’actualité de la jeune cosplayeuse. Un sourire s’étendait sur toute la longueur de son visage. Un vrai sourire, un sourire sain, dû à ses émotions, et non à celles d’un autre. Elle valorisait ceux-ci plus que les autres, et pourtant, il y avait quelque chose de mystique et d’apaisant dans ces moments de joie qu’elle ressentait sans raison.

Cela faisait quelque temps qu’elle n’avait plus vu personne : depuis sa rencontre avec Ana, lorsqu’elle avait finalement accepté de croire que ces personnes dans sa tête étaient plus que le fruit de son imagination, et qu’il y avait simplement un lien mystique entre eux, elle n’en avait plus vu un seul. Ni dans le coin de son regard, ni dans le reflet de son miroir, et c’en était presque dérangeant. Maintenant qu’elle avait décidé qu’elle n’était plus folle, que peut-être elle était spéciale, et pouvait être l’héroïne de sa propre aventure, tout le monde se cachait ?

Elle avait fait un bon paquet de recherches sur internet, passant même par des moteurs de recherches douteux, mais avait trouvé très peu d’informations sur sa condition. Étaient-ils des élus ? Un genre de groupe de magiciens capables de communiquer, de ressentir à travers le monde ? C’était improbable, mais pas plus que la disparition soudaine des dinosaures, soixante-six millions d’années auparavant. James désespérait presque de ne pas pouvoir comprendre ce qu’il leur arrivait, et de ne pas pouvoir se confier à qui que ce soit d’autre qu’Evan, au risque de passer pour une grande malade. Elle avait songé plusieurs fois à lancer un appel sur l’un de ses réseaux sociaux, mais il y avait beaucoup plus de chances que les fans croient à un teasing de son prochain cosplay qu’à une vraie question. Elle s’était donc abstenue. Son meilleur ami lui-même avait cru à une blague lorsqu’elle lui en avait parlé, et avait mis quelques temps avant de finalement accepter de la croire.  

Finalement, elle fit la seule chose qui lui paraissait sensé, ou du moins plus que le reste. Elle se renseigna sur la méditation pour empêcher son esprit de fuser à droite à gauche comme il le faisait si souvent, et se mit au boulot. Une bougie placée devant elle, elle l’alluma, se mit en tailleur, ce qui avait l’avantage d’être sa position assise préférée, et fixa la flamme vaciller au gré des légers courants d’air qui faisaient vivre son appartement. Elle respira profondément, tentant de ne penser à rien au début, puis se dit qu’avoir un point d’ancrage serait préférable, et se répéta le nom d’Ana dans sa tête. C’était un nom court, facile à répéter, et qui était associé à une personne qui semblait agréable. Ana, Ana, Ana, Ana... Elle continua ainsi quelques minutes, avant de finalement sentir qu’elle avait établi une connexion. Comment le savait-elle ? Elle le sentait dans ses tripes, et lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle n’était plus dans sa chambre, mais elle n’était pas face à celle qu’elle recherchait pour autant. Elle était face à un garçon qu’elle n’avait jamais réellement rencontré jusque-là, mais qu’elle avait vu des dizaines de fois dans les nombreuses foules qu’elle avait côtoyé.

T’as pas l’air d’être Ana.

Ce n'était pas la meilleure manière d'engager une conversation, mais c'était la seule phrase qui lui vint à l'esprit, et elle se maudit aussitôt de l'avoir prononcé. Elle espérait ne pas faire fuir le garçon pour autant. Peut-être qu'il avait des réponses, lui.
Messages : 266
Points d'activité : 440
Présentation : wake up
Pronom désiré : Il

Elio S. Auditore

Membre en or qui nous manque fort

Elio S. Auditore


Feuille perso
Pays d'habitation: Italie, parfois France
Profession: Étudiant en médecine

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you



Say something I'm giving up on you
James & Elio


« Elio grouille ! Faut qu’on y aille ! On va être en retard ! »

Une fois n’est pas coutume, je me souriais dans mon miroir. Ca faisait longtemps que je n’étais pas sorti et Domenico était plus qu’impatient rien qu’à l’idée de me sortir de mon trou. J’avais céder pour une soirée, une petite, pour essayer de me détendre et de penser à autre chose qu’à mon boulot à l’hôpital. Domenico s’était montré intraitable. Il avait trouvé une soirée parfaite pour me vider la tête. Enfin d’après lui. Je n’étais pas inquiet le moins du monde pour ce qui était de sa capacité à trouvé les meilleures soirées de la ville, je l’étais beaucoup plus de ma capacité à profiter de la soirée.

« Ca va, j’arrive ! Laisse moi deux minutes ! »

Alors une fois de plus, je pris une grande inspiration en mordillant mes lèvres. Ce serait bien comme ça. Un t-shirt coupé aux épaules, un short, mes baskets, j’étais prêt. Inutile d’espérer coiffer la chose qui me servait de cheveux. J’ajoutais ma montre et ma chaine en argent à l’équation, pris bien soin de prendre mon smartphone, mes clés, mes clopes et mon zippo. Tournant sur moi-même, je m’assurais de tout avoir avant de rejoindre Domenico devant ma porte. Appuyé contre le chambranle, il m’adressa un sourire amusé tandis que je passais devant lui, ne se gênant pas pour me détailler de haut en bas sous mon regard blasé.

« Tout ça pour ça ! Aller viens, on nous attends ! »

Il se mit en route sans attendre alors que je verrouillais ma porte avant de le rejoindre. Avant de rejoindre l’endroit en question, il nous fallait rejoindre nos amis qui nous attendait à quelques rues, sur un parking, près à démarrer avec les voitures. Un grand sourire scotché aux lèvres, je saluais tout le monde avant de grimper dans une voiture, récupérant l’une des bouteilles d’alcool déjà bien entamée qu’on me tendait. La soirée promettait d’être parfaite.

***

La musique résonnait dans mes oreilles alors que mon corps se mouvait doucement sur son rythme. Les yeux fermés, j’essayais de m’échauffer, entouré de mes amis qui discutaient entre eux tout en attendant que la soirée commence vraiment. Les portes venaient d’ouvrir et nous étions déjà tous dans un bel état, riant des blagues douteuses de Domenico qui essayait vainement de draguer une des filles du groupe. J’étais hilare, comme les autres, avant de me rendre compte de la nécessité de remplir mon verre et de fumer une cigarette. Je prévenais les autres avant de déjà m’enfuir vers le bar me prendre une nouvelle bière. Cela fait, je me dirigeais vers l’entrée, rendant son sourire à l’agent de sécurité qui me laissa sortir, une cigarette aux lèvres.

Une fois dehors, je pouvais profiter de l’air frais pour me remettre un peu les idées en place. Je n’avais pas froid malgré la fraicheur du soleil qui tombait. Je grillais ma cigarette, expirant ma fumée vers le ciel que j’admirais quelques secondes. La soirée serait délicieuse, je pouvais le sentir. Autant que le regard d’un des potes de Domenico qui ne me lâchait plus depuis que nous étions arrivés. Je souriais pour moi même, mes pas m’amenant un peu plus loin pour m’asseoir à même le sol. Je fermais les yeux, profitant du moment et de ma précieuse cigarette comme il se devait. Lorsque je rouvris les yeux, ce fut pour les rouvrir sur un visage. Perplexe, je clignais des yeux. Je connaissais cette personne, je l’avais vue maintes et maintes fois depuis le début de mes hallucinations sans jamais réussir à l’approcher, comme cela avait été le cas avec Ana et Stefano.

Sa phrase brisa le silence du moment, alors que j’entendais à la fois la musique de ma soirée et le silence de la chambre dans laquelle je me trouvais. Un sourire léger naquit naturellement sur mon visage.

« Et toi tu es James, c’est ça ? »

Mon sourire s’étendit alors que mon regard partait déjà à la rencontre de ce qui m’entourait. C’était un appartement. A San Diego. Rien à voir avec l’appartement d’Ana. Et James encore moins.

« Je suis Elio. Ravi de te rencontrer. »


(c) elephant song.



Love me, destroy me, leave me
"Kiss me, and you will see how important I am." + Sylvia Plath

(c) blue walrus.
Messages : 308
Points d'activité : 431
Présentation : Coucou
Pronom désiré : Il

James Gramsburry

Membre en or qui nous manque fort

James Gramsburry


Feuille perso
Pays d'habitation: Etats-Unis
Profession: Cosplayer

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you


Fort heureusement pour James, l’autre ne prit pas mal la remarque qu’elle avait faite. Il semblait même presque amusé, tandis qu’il se présentait à elle tout en inspectant son espace de vie, qu’elle avait pris soin de ranger un minimum avant la possible venue d’Ana. Sauf que ce n’était pas Ana, c’était Elio. Elio, ce nom sonnait en elle comme une évidence. Oui, c’était lui, cet Italien, celui qui étudiait la médecine, et qui rythmait certaines des journées de James à l’aide de sa musique. C’était donc sa faute si la cosplayeuse avait désormais un gout prononcé pour la musique plus classique.

Elle le détaillait, tout en tentant de visualiser ses sentiments actuels, ce qu’il faisait avant d’être dérangé, ce à quoi il pensait en ce moment. Bien évidemment, c’était peine perdue, elle n’avait pas assez d’entraînement. La preuve en était qu’en tentant d’appeler une Grecque, il avait appelé un Italien. Certes, leurs mythologies étaient liées, mais la connexion s’arrêtait bien là. Ou bien peut-être pas ? Était-ce possible que ce lien qui les unissait tous les trois était lié à une quelconque mythologie ? Aux dernières nouvelles, James était Britannique de pure souche, mais peut-être bien qu’elle avait un ancêtre qui venait de plus loin que ça ? Des pays Scandinaves, peut-être ? C’était ridicule. Elle se leva de son lit, et commença à se diriger vers celui qui arpentait en ce moment sa chambre.

J’essayais de contacter Ana, mais je suis bien contente d’être tombée sur toi. Ravie de te rencontrer aussi, enfin.

Machinalement, en s’approchant de son bureau, elle tapota un rythme avec ses doigts. Un rythme qu’elle connaissait pour l’avoir entendu des dizaines de fois, lorsque le jeune Italien avec elle s’entraînait, seul ou accompagné, à jouer ce morceau. Elle aurait presque pu le rejouer elle-même, si elle avait prêté plus grande attention aux cours de piano qu’elle avait reçue lorsqu’elle était enfant.

Ta musique est douce, apaisante et apaisée. Quitte à être liée à un musicien, je suis bien ravie d'écouter la musique de quelqu’un de doué tel que toi.

Au début, elle détestait avoir ces musiques qu’elle ne connaissait pas dans la tête, elle détestait ne pas savoir d’où elles venaient, puis petit à petit, elle avait appris à les aimer malgré tout ce qu’elles représentaient, malgré la peur d’être devenue folle qu’elles impliquaient. Et maintenant qu’elle savait que tout cela était bien réel, que ce n’était pas juste dans sa tête, elle était juste heureuse de pouvoir entendre ces mélodies, dont celle-ci en particulier, qui l’avait inspirée pour un de ses prochains costumes.
Messages : 266
Points d'activité : 440
Présentation : wake up
Pronom désiré : Il

Elio S. Auditore

Membre en or qui nous manque fort

Elio S. Auditore


Feuille perso
Pays d'habitation: Italie, parfois France
Profession: Étudiant en médecine

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you


HS:
Sorry pour le temps d'attente et la nullité de cette réponse  [Elio] - Say something I'm giving up on you 44462551

Say something I'm giving up on you
James & Elio


Le sourire aux lèvres, j’inspectais la chambre de mon hôte avec attention. J’y découvrais ses photos, ses inspirations, son bureau, son lit, tout était impeccablement rangé, à l’inverse de ma propre chambre, souvent désordonnée. J’offris un sourire à James lorsqu’elle se dit ravie de tomber sur moi à la place d’Ana. Cela faisait du bien de la rencontrer, après toutes ses manifestations. Mon regard la suivait tandis qu’elle se mouvait elle aussi, s’approchant de son bureau pour y tapoter un rythme que je connaissais par coeur, pour l’avoir jouer encore et encore, faisant largement s’agrandir mon sourire.

« Merci. Je suis heureux qu’elle te plaise autant ! »

J’imitais ses doigts à l’aide des miens sur un meuble à ma portée, échangeant un regard amusé avec elle. Jusqu’à maintenant, je n’avais pas encore vraiment réalisé ce fait, cette réciprocité. Elle pouvait jouer mes compositions aussi justement que moi grâce à notre formidable lien. Mon cerveau frisait légèrement. J’en avait pourtant parlé avec Ana, il n’y avait pas si longtemps, mais j’avais encore du mal à percuter. J’avais encore du mal à me rendre compte de l’ampleur du phénomène.

« Et toi tu es dans... Le cosplay c’est ça ? Ana m’a dit que tu avais beaucoup de talent. De ce que j’ai pu en apercevoir c’est plutôt vrai. »

Mon sourire s’agrandit. James était un vrai caméléon. Elle pouvait être n’importe qui, n’importe quand, elle pouvait devenir qui elle voulait en un claquement de doigt et j’avouais l’admirer pour ça. J’aurais aimé avoir son aisance, j’avais au moins la chance de pouvoir partager son talent.

« Elle m’a dit à quel point tu étais célèbre dans le milieu. C’est trop cool ! J’abuserais si je te demandais de me montrer un de tes costumes ? »

La curiosité l’emportait parfois sur tout. Et cette fois ne faisait pas exception. Arborant un grand sourire, j’espérais qu’elle accepte, tout excité que j’étais de la rencontrer enfin !


(c) elephant song.



Love me, destroy me, leave me
"Kiss me, and you will see how important I am." + Sylvia Plath

(c) blue walrus.
Messages : 308
Points d'activité : 431
Présentation : Coucou
Pronom désiré : Il

James Gramsburry

Membre en or qui nous manque fort

James Gramsburry


Feuille perso
Pays d'habitation: Etats-Unis
Profession: Cosplayer

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you


La joie qu’avait ressenti Elio en entendant sa propre musique jouée par d’autre main était très communicative. Était-ce parce qu’ils étaient liés par ce lien étrange ? Ou bien juste parce que le jeune Italien avait une tendance naturelle à être si expressif que son entourage se retrouvait affecté par ses émotions ? James ne pouvait pas réellement répondre à cette question. Même si elle acceptait maintenant ce lien qui semblait avoir été tissé entre elle et ces autres personnes venant de l’autre bout de la planète, elle n’y comprenait toujours rien, et ne voulant pas écoper d’un nouveau mal de tête, se contentait de vivre avec sans se poser trop de questions.

Il y avait quelque chose de magique à voir les doigts d’Elio suivre les siens sur son bureau, à entendre le tap tap tap de leurs vingt doigts percutant des touches imaginaires. Quelqu’un d’extérieur à cette scène n’entendrait qu’une suite de bruit sourds, mais eux deux connaissaient parfaitement la mélodie qu’ils jouaient, et pouvaient se représenter les sons qui auraient dû apparaitre à chaque tape contre le bois du meuble.

James ne put retenir son sourire gêné lorsqu’Elio mentionna les paroles d’Ana. Elle était rassurée de savoir qu’elle n’avait pas fait une si mauvaise impression que ça sur la grecque, au final, et qu’elle avait réussi à rectifier le tir. Puis, James ne résista pas bien longtemps à la demande d’Elio. Elle ouvrit son armoire, et en sorti une de tenue par trop compliqué à enfiler. Certaines d’entre elles prenaient plusieurs heures à mettre en place, et James ne savait pas trop combien de temps leur lien allait tenir. Ces connexions avaient l’air si fragiles, si éphémères, elle ne voulait pas tenter le diable. Se saisissant d’une robe à voiles, celle-là même qu’elle portait lorsqu’elle avait parlé avec Ana pour la première fois, elle partit se cacher dans sa salle de bain.

Attends une seconde, je reviens tout de suite.

Elle savait que c’était ridicule. S’il le voulait, Elio devait très certainement être capable d’apparaître aussi dans sa salle de bain, et ils n’avaient à peu près aucun secret l’un pour l’autre. Mais elle n’acceptait toujours pas vraiment ce corps, et ne voulait pas être vue à moitié nue par le premier venu, même si ce premier venu s’avérait avoir une connexion psychologique avec elle, faisant de lui une part d’elle-même.

Finalement, elle ressortit au bout de quelques minutes, mais elle n’était pas tout à fait prête. Elle n’avait pas enfilé ses ailes, parce qu’elle n’aurait pas la place de se mouvoir dans son appartement avec de tels artifices dans le dos. Elle s’assit devant une glace, sortir sa trousse à maquillage, et commença à l’appliquer sur son visage. En quelques minutes, sa peau devint grise, puis d’un blanc presque pur, constellé de tâches rappelant des étoiles, brillant à la lumière. Puis elle se retourna vers l’intéressé.

C’est à peu près tout ce que je peux faire dans un laps de temps aussi court. Ce n’est pas tout à fait complet, mais disons que c’est acceptable. Tiens, si tu veux, tu peux voir les autres, tant que tu fais attention à ne pas les abîmer.

Pouvait-il seulement les abîmer ? James n'était pas sûr que le jeune Italien puisse avoir une emprise physique sur les objets de son appartement. Mettant ce questionnement de côté, elle s’approchait de son armoire à costumes, et l’ouvrit en grand. Il y en avait une bonne quinzaine, accrochée sur des cintres, avec des accessoires posés dans le fond. Un jour, peut-être, lorsqu’elle aurait suffisamment d’argent, elle se prendrait un plus grand appartement, qui lui permettrait d’avoir un réel dressing. Voir tous ses costumes entassés de la sorte lui faisait presque mal au cœur.

Et puis, si tu veux les voir portés, il y a toujours ma page instagram, ils doivent à peu près tous y être.

Partager ainsi sa passion était absolument grisant pour James, qui n’avait généralement pas beaucoup de gens avec qui parler de tout cela. Ses fans ne comprenaient souvent pas toute l’importance et la complexité des costumes, et ne voyaient que de jolies choses à regarder une fois, puis à oublier. Mais Elio était certainement différent. Il devait bien l’être, pour se retrouver dans sa tête. Lui devait certainement comprendre que le cosplay n’était pas qu’un jeu, mais un art. Comme le piano.
Messages : 266
Points d'activité : 440
Présentation : wake up
Pronom désiré : Il

Elio S. Auditore

Membre en or qui nous manque fort

Elio S. Auditore


Feuille perso
Pays d'habitation: Italie, parfois France
Profession: Étudiant en médecine

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you



Say something I'm giving up on you
James & Elio


Etait-ce mon enthousiasme communicatif qui avait fait effet sur elle pour qu’elle n’attende pas une seconde de plus pour s’exécuter ? Peut-être en avait-elle seulement très envie. Dans tous les cas, je fus ravi de voir l’effet de ma demande sur elle. Le sourire aux lèvres, je l’observais ouvrir sa garde robe dans laquelle je pu entrevoir quelques merveilles. Elle s’empara rapidement d’une magnifique robe à volants avant de s’éclipser tout aussi vite dans sa salle de bain, me laissant seul avec moi-même quelques secondes. Je respectais son intimité, c’était tout de même la moindre des choses, même si notre lien allait bien plus loin que ça. A sa place, je ne serais sans doute pas à l’aise non plus.

En l’attendant, je tentais de me reconnecter quelque peu avec mon propre environnement, prenant le risque de faire foirer notre connexion durant ce court laps de temps. A Rome, rien n’avait changé. J’étais toujours assis seul, ma cigarette consumée entre mes doigts, la musique battant son plein à quelques mètres à peine. Je n’osais pas trop bouger, de peur de tout faire foirer, sentant l’alcool pulser doucement dans ma tête. Est-ce que je m’y ferais un jour, au simple fait de pouvoir être à deux endroits à la fois ? Sans doute que oui, mais pour le moment, je trouvais ça toujours aussi extraordinaire et excitant à la fois.

James sorti finalement de sa salle de bain, vêtue de sa robe qui lui allait à ravir. Elle se précipita vers son maquillage, qu’elle s’appliqua sous mon regard curieux. J’avais déjà vu mes soeurs se maquiller sous mes yeux, mais jamais rien de comparable à ce que faisait James. C’était fascinant à observer et le résultat en valait la chandelle. En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, la voilà devenue une tout autre personne. J’étais impressionné, il n’y avait pas d’autres mots.

« Wow. Si c’est ce que tu peux faire en 5 min, je n’imagine même pas ce que ça donne quand tu as tout le temps ! »

Elle était resplendissante, il n’y avait pas d’autres mots. Dire qu’elle était douée était en réalité loin de la réalité. Elle construisait elle-même ses costumes et ses personnages, c’était tout simplement bluffant pour quelqu’un comme moi, incapable de coudre un bouton. A nouveau, elle s’approcha de son dressing, cette fois pour l’ouvrir un grand, me donnant la permission d’y jeter un oeil plus en détail. Je n’y résistais pas, me glissant jusqu’à elle pour mieux les observer. Je n’osais même pas les sortir, de peur de les lui abimer, me contentant de me pencher pour mieux en voir les détails. C’était magnifique et magique à la fois.

« Je n’y manquerais pas ! C’est époustouflant ! Ca doit te prendre un temps dingue de réaliser tout ça. Je comprends que cela te tienne tant à coeur. »

C’était une forme d’art que j’étais à même de comprendre. Tout comme moi avec mes compositions, elle travaillait dur pour avoir un tel résultat. Au final ses représentations en conventions étaient égales aux miennes lors des concerts. Je pouvais aisément comprendre le merveilleux sentiment qu’elle pouvait ressentir en exposant son art au grand public. Certaines personnes ne pouvaient pas comprendre ça. Autant de passion, autant de travail acharné pour arriver au résultat que nous espérions. Oui, je la comprenais définitivement mieux que personne.

« Je n’imagine même pas le temps que doit te prendre une pièce. Je ne suis jamais allé en convention mais, j’imagine sans mal la joie que tu dois ressentir en présentant tout ce travail. »

Alors, je m’approchais d’elle, pas trop prêt pour ne pas marcher sur les volants de sa robe, assez pour en voir les détails, exactement comme les tenues bien rangées dans son placard. Peut-être un peu trop ?

« Pardon, je suis curieux ! J’espère que ça ne te met pas mal à l’aise ! »


Légèrement gêné, je m’éloignais à nouveau, venant gratter l’arrière de ma tête dans un réflexe que je ne contrôlais pas.


(c) elephant song.



Love me, destroy me, leave me
"Kiss me, and you will see how important I am." + Sylvia Plath

(c) blue walrus.
Messages : 308
Points d'activité : 431
Présentation : Coucou
Pronom désiré : Il

James Gramsburry

Membre en or qui nous manque fort

James Gramsburry


Feuille perso
Pays d'habitation: Etats-Unis
Profession: Cosplayer

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you


Recevoir des compliments était quelque chose d’habituel pour James, qui pouvait en lire de nombreux chaque jour simplement en passant en revue les notifications qu’elle recevait sur les différents réseaux sociaux. Ceci dit, se sentir appréciée, validée, était toujours quelque chose de particulièrement agréable. Aujourd’hui, ce n’étaient pas de simples compliments qu’elle recevait. C’était quelque chose de bien plus puissant, puisqu’elle pouvait ressentir en son être l’admiration que lui portait Elio. Si James était quelqu’un de plus expressive, peut-être se serait-elle mise à rougir sous la pluie de compliments en provenance d’Elio.

En vérité, le “costume” qu’elle avait enfilé à l’instant en était un plutôt simple, il fallait juste savoir ajuster les différentes chutes de tissu correctement afin de ressembler plus à un être céleste qu’à un sac de courses, puis pâlir un peu sa peau. Mais recevoir des compliments aussi sincères pour quelque chose d’aussi simple restait très agréable.

James allait répondre à Elio lorsque celui-ci se mit à s’approcher soudainement, ce qui créa un mouvement de recul chez la jeune cosplayeuse. Comprenant qu’il voulait juste regarde les détails de son costume, elle se reprit en main et lui sourit, tandis que lui reculait cette fois-ci, tout en s’excusant.

Oh t’inquiète, c’est juste moi qui flippe pour rien.

Un rire nerveux s’échappa d’elle tandis qu’elle se reculait encore un peu pour s’adosser à la fenêtre. Pendant une seconde, par réflexe, elle ne s’y adossa pas complètement, ne voulant pas abîmer ses ailes, avant de se rappeler qu’elle ne les portait pas cette fois-ci, et de finir son action.

Pour répondre à tes questions, le temps de confection varie beaucoup selon les costumes. C Il faut d’abord le temps que je réfléchisse au schéma, ce qui prendre plus ou moins de temps selon mon inspiration, et si je crée un costume qui a déjà été dessiné par quelqu’un. Pour ceux inspirés de livres, dont il n’y a aucune représentation visuelle, ou très peu, cette étape à elle seule peut me prendre plusieurs semaines, plusieurs mois si vraiment je sèche. En général, si ça me prend trop de temps, je passe à autre chose, mais j’ai de la chance, mon meilleur ami est dessinateur, donc il m’aide pas mal sur certains designs.

Comme pour prouver ses dires, elle bougea son bras dans la direction de son bureau, sur lequel étaient étalés des plans sur lesquels elle travaillait en ce moment. A côté des nombreux schémas, un dessin d’elle représentée par Evan, en armure de chevalier.

Puis ensuite, faut que j’achète les matériaux qu’il faut, et que je passe à la confection. Je loue un atelier dans une rue plus bas pour avoir plus de place. Je pourrais difficilement manipuler du métal dans mon petit appart’ ! Cette partie varie aussi beaucoup selon la difficulté des plans, et les imprévus, comme le poids et la résistance de certains matériaux que j’aurais surestimé par exemple. Bref, faire un costume peut me prendre entre deux et huit mois, en règle générale. Du coup, je travaille rarement sur un seul costume à la fois, sinon je n’aurais pas assez de nouveautés à montrer à mes abonnés. En ce moment, je travaille sur une armure de chevalier, en collaboration avec un forgeron, mais aussi sur une nouvelle robe qui devrait être finie dans quelques semaines !

James pourrait continuer à parler sur ce sujet pendant plusieurs heures encore, mais ne voulait pas monopoliser le temps de parole, et si elle partait dans des détails trop techniques, Elio risquait d’être perdu.

Et toi, tes musiques, tes études, ça se passe comment ?

Elle prenait des nouvelles comme elle le ferait avec un vieil ami perdu de vue depuis longtemps, alors qu’ils étaient toujours presque inconnus. A la fois inconnus et cousins, en un sens. C’était une sensation étrange, mais James se sentait libre avec Elio. Il n’y avait rien de menaçant émanant de lui. Il lui faisait penser à Ana, mais en un peu moins renfermé. Peut-être qu’Ana serait moins renfermée si James n’avait pas été désagréable avec elle lors de leur première rencontre, en même temps.
Messages : 266
Points d'activité : 440
Présentation : wake up
Pronom désiré : Il

Elio S. Auditore

Membre en or qui nous manque fort

Elio S. Auditore


Feuille perso
Pays d'habitation: Italie, parfois France
Profession: Étudiant en médecine

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you



Say something I'm giving up on you
James & Elio


J’écoutais toutes les explications de James avec attention, même si pour moi, cela était évidemment totalement nouveau. N’y connaissant rien, de ne pouvais que la croire sur parole, lui offrant des sourires entendus. Elle me passa en revue le processus de fabrication avant de finalement me montrer ses plans. Me penchant dessus, j’étais totalement émerveillé par ce que je voyais. Quel travail de titan ! Il fallait vraiment avoir de la patience et être passionné pour pratiquer ce genre d’activité. Exactement comme la musique.

« Il n’y a pas à dire, c’est vraiment impressionnant ! Une armure de chevalier, j’ai hâte de voir ça ! »

Puis ses questions à mon encontre s’enchainèrent, me faisant doucement perdre mon sourire.

« On va dire que c’est compliqué... »

Mon regard la fuyait, ce posant sur son bureau, admirant une fois de plus les plans de ses costumes.

« Pour le moment je travaille dans un hôpital. Ca me prends tout mon temps. Et toute mon énergie aussi. Ca fait un petit temps que je n’ai pas joué mais au moins ça à le mérite de me motiver dans mes études. »

J’essayais de ne pas me laisser à la déprime, comme à chaque fois que je pensais à la réalité de ma vie d’aujourd’hui. Moi qui était justement sorti ce soir pour me changer les idées, une fois de plus, c’était raté. D’une manière ou d’une autre, ça me revenait en pleine face. Reprenant contenance, je pris une inspiration avant de la regarder à nouveau. Autant parler d’autre chose.

« Tu as vu Ana récemment ? Elle t’a expliqué un peu ce qu’elle a découvert sur nous ? »

Je noyais le poisson mais c’était mieux comme ça pour tout le monde. De toute façon, elle pouvait très bien sentir à quel point ma situation me pesait, nul besoin de s’étendre sur le sujet.



(c) elephant song.



Love me, destroy me, leave me
"Kiss me, and you will see how important I am." + Sylvia Plath

(c) blue walrus.

Contenu sponsorisé

Re: [Elio] - Say something I'm giving up on you



[Elio] - Say something I'm giving up on you

 ::  :: Amérique

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum